ANGERS ET SES ENVIRONS

ANGERS - FRANCE PAYS DE LOIRE

Angers est une commune de l'Ouest de la France située au bord de la Maine, préfecture du département de Maine-et-Loire dans la région Pays de la Loire.

Située sur l'axe Paris-Nantes, Angers intra-muros est en 2014 la deuxième commune la plus peuplée de la région Pays de la Loire et la dix-neuvième de France avec 151 056 habitants. Angers est en 2013 au centre d'une aire urbaine peuplée de 407 295 habitants, d'une unité urbaine de 220 445 habitants et d’une intercommunalité, Angers Loire Métropole, comprenant 30 communes et 272 124 habitants.

Capitale historique et place forte de l’Anjou, berceau de la dynastie des Plantagenêts, Angers est l'un des centres intellectuels de l'Europe au XVe siècle sous le règne du « bon roi René ». La ville doit son développement comme son rôle politique et historique à sa position au niveau d’un point de convergence géologique, hydrographique, culturel et stratégique.

Angers se distingue aujourd'hui par sa spécialisation dans le domaine du végétal : Végépolys est le premier pôle de compétitivité horticole européen, la ville abrite également le siège de l'office communautaire des variétés végétales. Ses universités, ses musées et son activité culturelle en font également un centre culturel important qui comprend notamment le château des ducs d'Anjou construit au XIIIe siècle qui abrite la tenture de l'Apocalypse, le plus grand ensemble de tapisseries médiévales connu à ce jour. La richesse de son patrimoine lui vaut le label de ville d'art et d'histoire.

HISTOIRE

Dans l'histoire de l'Anjou, l'histoire d'Angers revêt une importance significative, la ville étant la capitale politique, culturelle et économique du comté puis du duché d'Anjouet enfin du Maine-et-Loire.

L'occupation humaine est attestée par des mises au jour de vestiges néolithiques et protohistoriques. C'est à l'époque gallo-romaine que la ville s'implante définitivement avec la fondation de Juliomagus. Après l'époque gallo-romaine, durant le Moyen Âge, la cité d'Angers prend de l'importance avec les seigneurs angevins qui deviennent comtes et finissent par dominer les provinces voisines de la Touraine et Maine. La dynastie des Plantagenêts va transformer le comté en une puissance imposante sous l'Empire Plantagenêt. À la fin du conflit entre Capétiens et Plantagenêt, le roi de France Louis XI fait ériger le château d'Angers. Par la suite, le duc René d'Anjou y favorisera les arts et la culture ainsi que l'université d'Angers.

À la Renaissance, Angers prend la tête d'une organisation territoriale de son domaine angevin. Elle dirige une importante sénéchaussée qui coiffe d'autres sénéchaussées secondaires. Elle est également à la tête d'une circonscription administrative qui comprend six pays d'élection. Un présidial fut établi à Angers dès 1552. C’était le premier corps judiciaire de l’Anjou. La province fait partie des pays de « grande gabelle » et comprend seize tribunaux spéciaux ou greniers à sel dont celui d'Angers. Lors de la Révolution française, Angers perdra un certain nombre de prérogative administrative et territoriale. La ville d'Angers deviendra la préfecture du département de Maine-et-Loire. Au XIXe siècle, la capitale angevine va se moderniser, avec la création de boulevards, de parcs et de monuments « haussmanniens ». Au XXe siècle, elle continue son expansion sur les plans, culturel, économique, écologique, social et urbain. Angers prend la tête d'une communauté urbaine importante : Angers Loire Métropole.

LE CLIMAT À ANGERS

Le climat angevin est un climat de transition où s'exercent l'influence océanique de la façade atlantique et l'influence plus continentale de la Touraine, « assez éloigné des côtes de l'Océan pour échapper à l'action brûlante des vents de mer, et assez rapproché pour ressentir l'influence d'un climat marin doux, tempéré, humide, un peu brumeux ». Il est plus précisément à la conjonction de trois nuances du climat océanique présent en Maine-et-Loire : climat océanique humide, climat océanique à été sec et climat océanique à nuance continentale. La Loire favorise des flux océaniques doux (en hiver comme en été), diminuant l'amplitude thermique annuelle ; par leur altitude, les Mauges au sud-ouest du département retiennent une partie des précipitations des flux dominants, asséchant relativement le climat angevin4. Celui-ci est par conséquent doux (avec 14 °C d'amplitude annuelle moyenne), moyennement humide (mais les hivers sont généralement pluvieux), les gelées y sont rares (température minimale moyenne positive les mois d'hiver) et les étés ensoleillés. Selon les prévisionnistes de Météo-France, Angers connait très peu de phénomènes extrêmes (orages, chutes de neige, tempêtes, vents violents). C'est la douceur angevine popularisée par Joachim Du Bellay.

Angers bénéficie en moyenne de 194 jours d'ensoleillement dont 60 de fort ensoleillement. Les précipitations annuelles, inférieures à la moyenne nationale, sont réparties sur 111 jours. Si les jours de brouillard y sont fréquents, l'enneigement y est très faible. Les records de température sont établis respectivement à –15,4 °C et +39,8 °C.

La station, ouverte le 1er janvier 1921, est située sur le territoire de la commune voisine de Beaucouzé, à 50 m d'altitude.

L'ECONOMIE

La seconde moitié du XXe siècle voit les activités traditionnelles reculer (horticulture, extraction d’ardoise, distillerie et industrie textile) et de nouvelles entreprises s’installer : Thyssen en 1948, Thomson en 1957, Bull en 1961 puis Scania en 1991 et Nec en 1994. Cependant, la filière industrielle s’effondre en grande partie à partir des années 2000 : fermeture de l’usine Thomson-Technicolor en 2012, de l’usine Nec entre 2009 et 2013, plan social chez Thyssen en 2015, Bull ne compte plus que 230 salariés (contre 3 000 au cours des années 1970) – plus généralement, de 2002 à 2012, le secteur de la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques dans l’agglomération a perdu 76 % de ses emplois. Angers se spécialise dorénavant d’une part dans la filière végétale et d’autre part dans l’électronique.

L'importance de l'horticulture s’est ainsi renforcée jusqu'à faire d'Angers le premier pôle horticole d’Europe. En effet, le territoire compte dans ce domaine près de 30 000 emplois, 2 500 étudiants et 4 000 entreprises. La ville accueille en outre un pôle de compétitivité à vocation mondiale spécialisé dans le végétal – Végépolys – regroupant 450 chercheurs. Celui-ci s'appuie d'une part sur le haut niveau de formation et d'études supérieures dispensé à Angers et d'autre part sur la forte concentration de laboratoires de recherche. On y rencontre ainsi plusieurs écoles spécialisées (notamment l'École supérieure d'agriculture (ESA) et Agrocampus Ouest), des laboratoires du CNRS, l’INRA mais aussi la Station nationale d'essais de semences ou encore Plantes&Cité (le centre technique national sur les espaces verts et le paysage urbain). Le Campus du Végétal, à Belle-Beille, regroupe depuis 2015 d’une part la Maison de la Recherche et ses 250 ingénieurs et chercheurs de l'université d'Angers, d'Agrocampus Ouest, de l'INRA et de l'ESA et d’autre part la Maison du Végétal regroupant Végépolys et Plantes&Cité. Enfin, Angers abrite le siège de l'Office communautaire des variétés végétales dont le rôle est de protéger les nouvelles variétés végétales au sein de l'Union européenne.

Malgré la déliquescence de l’industrie électronique grand public angevine depuis les années 2000, la ville se spécialise également dans l’électronique de pointe. Outre la présence de l’usine Bull et de l'École supérieure d'électronique de l'Ouest (ESEO), la ville accueille depuis juin 2015 la « Cité de l’objet connecté ». Celle-ci propose sur son site de Saint-Sylvain-d'Anjou, au nord de la ville, des compétences en électronique, logiciel, plasturgie, mécanique, design, financement, etc. Cette société s’appuie sur un important réseau de PME spécialisées installées sur le territoire angevin. Ainsi, le 24 juin 2015, la ville s'est vue décerner le label French Tech dans le sillage de l’inauguration de la Cité de l’objet connecté.

ÉDUCATION, SANTÉ ET CULTURE

» Éducation

Les établissements éducatifs de la commune relèvent de l'académie de Nantes. En 2015, la ville compte 115 établissements relevant du primaire et du secondaire. Parmi les établissements de l’enseignement primaire, on compte 25 écoles maternelles et 35 écoles élémentaires publiques, 17 écoles privées sous contrat. Dans l'enseignement secondaire, on compte 19 collèges (dont 11 publics) et 19 lycées (dont 10 publics). Parmi ces derniers, la ville compte cinq lycées publics et quatre lycées privés d’enseignement général, deux lycées publics polyvalents, huit lycées professionnels (dont deux lycées agricoles).

Le lycée David-d'Angers est par ailleurs le lycée le plus ancien, fondé en 1806.

» Santé

L’activité hospitalière remonte à Angers au XIIe siècle lorsqu’Étienne de Marsai, sénéchal d’Henri II Plantagenêt fonde l’hôpital Saint-Jean. Un autre hôpital ouvre en 1615 pour les mendiants, les vagabonds et les personnes âgées alors qu’en 1745, dans l’actuel parc du Haras, est ouvert un troisième lieu d’accueil des malades. Ces trois structures seront transférées vers l’actuel site du centre hospitalier universitaire à partir de 1849.

Le rôle de formation médicale du centre hospitalier universitaire d'Angers est très important. Il comprend en effet, outre la faculté de médecine : un institut de formation en soins infirmiers, un institut de formation d’aides-soignants, une école de puériculture, une école de sages-femmes, un institut de formation des cadres de santé, un institut de formation ambulancier et un centre d'enseignement de soins d’urgence.

La ville compte également quatre cliniques : la clinique de l’Anjou dans le quartier Orgemont, la clinique Saint-Sauveur dans le quartier de l’Esvière et à Trélazé, le centre de la main et le village santé Angers Loire (issu du regroupement de plusieurs cliniques angevines).

Il existe également un centre régional de lutte contre le cancer : le centre Paul Papin.

» Tourisme

En 2014, l'agglomération angevine a connu 602 000 nuitées (clientèle d’affaires à 66 %) et accueilli, sur 17 sites touristiques (dont 8 sur Angers), 699 339 visiteurs. En 2015, la commune elle-même compte 31 hôtels et résidences pour près de 3 000 lits et un camping de 163 emplacements. Le parc à thème dédié au végétal Terra Botanica, inauguré en 2010, se veut la locomotive touristique d'Angers et sa région.

 

NB : source sur wikipédia à l'adresse suivante : https://fr.wikipedia.org/wiki/Angers

 

Actualités

Projet en cours: La maison des possibles

Président du bureau FATOM France FATOM France Pays de Loire : M. Dominique Thierry
Tél: (+33) 67 89 30 899

Sécrétaire Général : Alain LEFEBVRE
Cel: (+33) 68 58 83 114
Mail : a.lefebvre@fatom.org